Accueil

"Agir en juif, c'est chaque fois un nouveau départ sur une ancienne route" Abraham Heschel

Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel

Yom Kippour

Yom Kippour September 18, 2018 12 Erev Yom Kippour - Kol Nidré
Yom Kippour September 19, 2018 12 Yom Kippour

Entre le début de Roch haChanah et la clôture de Yom Kippour, il y a dix jours, pendant lesquels le "Livre de la Vie" reste ouvert et tout est possible. Ces dix jours sont "les jours redoutables" (yamim nora'im) où nous nous tenons devant le Tribunal de Dieu C'est le moment de faire le bilan de l'année qui vient de s'écouler, et d'engager notre volonté en vue de celle qui commence. C'est la raison pour laquelle Roch haChanah et Yom Kippour sont aussi appelés "les Fêtes austères".

Dieu inscrit, (c'est une image bien sûr), ceux d'entre nous qui vivront et ceux qui mourront dans les douze prochains mois. Certes, nous savons qu'un jour, il nous faudra mourir, mais pour le Juif, la vie est la valeur fondamentale, celle qui prime toutes les autres. C'est pourquoi nous implorons Dieu de nous inscrire dans le "Livre de la Vie" ainsi que ceux que nous aimons, mais aussi tous ceux que nous rencontrons, et à qui nous présentons nos vœux.

Inévitablement, l'année qui est derrière nous est une année au cours de laquelle nous avons commis des fautes, des manquements et des transgressions. Pendant la longue liturgie de Yom Kippour, à plusieurs reprises, nous énumérons les différents types de fautes ou de transgressions que nous aurions pu commettre, … ou que nous avons commises. La liste en est impressionnante.  Même si nous n'avons pas commis personnellement tous les péchés dont il est question, meurtres, vols, mais aussi dureté de cœur, paroles inconsidérées, mensonges, jugements téméraires, négligences,....  nous nous en accusons. Nous reprenons à notre compte tous les péchés du peuple d'Israël et nous en demandons pardon, car si Dieu est lent à la colère, il est prompt au pardon et, comme il est écrit dans le Lévitique, en ce jour-là, Il nous pardonnera. En nous purifiant devant Dieu, nous serons purifiés de toutes nos fautes.

Ce retour en arrière, ce passage en revue de l'année écoulée, permet "la Techouvah". Techouvah est un mot hébreu qui signifie retour et par extension: repentir (Techouvah signifie aussi: réponse). Faire Techouvah, c'est reconnaître que nous avions pris un mauvais chemin et que nous désirons à présent nous engager dans la bonne voie. Les dix jours qui vont de Roch haChanah à Yom Kippour sont essentiellement des jours de Techouvah. Nous prenons conscience de nos manquements et de nos faiblesses  pendant l'année écoulée et nous nous engageons à mieux faire, à progresser, à essayer d'aller de l'avant pendant l'année nouvelle. Mais pour que la Techouvah soit sincère, pour que nous puissions espérer le pardon de Dieu, nous devons d'abord demander le pardon des hommes. Nous pouvons nous tenir devant le Créateur et lui demander pardon, uniquement si au préalable, nous avons demandé pardon à celui ou à celle que nous avons offensé(e), et si nous avons réparé dans la mesure du possible tout le mal que nous lui avons causé. Or, il est bien plus difficile de demander pardon à une créature qu'au Créateur, c'est cependant la condition absolue pour que nous puissions nous présenter devant Lui.

Yom Kippour commence, comme chaque fête juive, le soir précédant le jour de la fête même, et dure environ 25 heures. C'est un shabbat intégral, jour de jeûne, mais aussi jour sans diversion, ni radio, ni télévision, ni journaux, ni même lectures profanes. Tout ce qui pendant l'année mérite notre attention perd toute importance. C'est un jour entièrement consacré à la prière et à la réflexion. A Yom Kippour, le peuple juif se tourne entièrement vers le monde d'En-haut, il est à mi-chemin entre le ciel et la terre.

Plus encore qu'à Roch haChanah, le blanc est la couleur de Kippour. Les hommes portent le châle de prière blanc, le talith. "Le blanc – la pureté – est le signe du monde d'avant la division; autrement dit, il nous renvoie précisément à ce stade d'avant la création où nous aspirons à revenir pour être pardonnés, c'est à dire purifiés." (J. Eisenberg, "Le Chandelier d'or")

L'Office de Yom Kippour se termine par la triple sonnerie du shofar. A ce moment, Dieu referme son Livre, l'année est en principe scellée. Les activités diverses peuvent reprendre leur cours.

A Beth Hillel, le jeûne est rompu au cours d'un "anbeiss" convivial. Après avoir passé plus d'une journée en face à face avec Dieu et avec soi-même, il est bon de s'immerger dans  la chaleur de la communauté.

Monique Ebstein z"l