Accueil

"Agir en juif, c'est chaque fois un nouveau départ sur une ancienne route" Abraham Heschel

Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel

Annonces

Chelochim In Memoriam Lucien Luck z"l : 14 décembre à 19h00

December 14, 2020 7

C'est avec une profonde tristesse que nous vous faisions part, la semaine passée, du décès de notre cher ami Lucien Luck, survenu dans la nuit du 6 au 7 novembre.

Nous sommes nombreux à souhaiter lui rendre hommage.

Pour se rassembler autour de son souvenir, Rabbi Marc Neiger fera le lundi 14 décembre à 19h00 un office (en ligne) de Chelochim, notez cette date.

L'office sera précédé de l'allumage de la 5ème bougie de H̲anoukkah.

Baroukh Dayan haEmet, que son âme soit liée au faisceau des vivants. Son souvenir sera toujours pour nous une bénédiction.

 

 

 

Ci-dessous, les mots de ceux qui l'ont connu

"C’est avec beaucoup de tristesse qu’ensemble avec Solange et Raymond Davidson, son neveu, je vous annonce le décès à 90 ans de notre cher Lucien Luck, survenu cette nuit à l’hôpital Saint Jean à Bruxelles.
Il s’est battu comme un lion contre le Covid19 depuis le jeudi 22 octobre, date à laquelle les premiers signes de la maladie sont apparus.
Il n’a jamais baissé les bras, restant jusqu’au bout confiant en son avenir, fidèle à ses amis et ses pensées.
En me souvenant de lui et de son humanisme, avec des pensées affectueuses,
Frank et Françoise S."



"Merci Françoise et Frank de lui avoir offert de si bons moments...
Jacques U.
"

 


 

"En vous lisant, je m’effondre en larmes…Maintenant, je sais pourquoi je ne recevais pas de réponse de Lucien, homme de coeur, élégant, noble et cultivé
Demain, j’espère pouvoir vous écrire davantage….Vous l’aviez photographie pour que son visage accompagne son beau texte en Hommage à Henri Lindner,…
Lors de l’exposition des oeuvres d’Adèle, que j’avais organisée à Beth-Hillel…Il était là, avec nous, il participait à ce Chabbat si émouvant...
Aujourd’hui, ce sera pour lui un beau texte qui lui sera dédié…Si tôt déjà,.. J’espérais tant le voir et lui remettre en mains les deux books souvenirs
Recevez mes plus sincères condoléances.
Infiniment merci de votre message.
Anne Simon-Hirsch"


 

Hommage d'Adèle Lindner:
Cher Lucien,

il y a quelques mois dans ce journal
tu faisais ici même l'éloge de mon Henri,
mon Henri que tu aimais tant.
Aujourd'hui c'est toi qui viens de partir
si vite si brusquement
on a peine à y croire.
Je voudrais à mon tour
te rendre hommage et te dire
combien tu nous, tu me, manqueras.
Je n'oublierai pas tes paroles de consolation
qui m'ont beaucoup aidée.
Je n'oublierai pas tes articles pleins de sagesse
dans ce journal.
Je n'oublierai pas que tu venais tous les jours
voir Henri au home,
et je n'oublierai jamais ta fidèle amitié.
Merci pour tout,

Adèle.


 

Hommage de son neveu, Raymond Davidson:

Cher Tonton,

Au téléphone il y a 10 jours, tu m’as dit dans un souffle chargé d’émotion : ne t’en fais pas et continue à vivre.
Je te promets de le faire Tonton.
C’est toi qui m’a donné étant enfant le goût de la lecture.
Beaucoup plus tard et jusqu’ il y a peu nous fîmes d’innombrables promenades dans Bruxelles.
Nous refaisions le monde. Ta mémoire, ton érudition, ta culture, me fascinaient.
Tu m’as tant appris.

Nous avions, hélas aussi, des désaccords, mais le lien familial finissait toujours par l’emporter.
Grâce à toi, j’ai connu des gens d’exception : Le Dr Yves Louis et Belinda, qui finira certainement le travail que vous aviez commencé au sein de « Groupe mémoire » qui œuvre afin de préserver l’esprit de résistance contre le nazisme.
Frank Sweijd et Françoise qui t’ont considéré comme un membre de leur famille.
Le Dr Petit, toujours à l’écoute depuis plus de 30 ans.
Ta voisine Madame Coucke que tu aimais beaucoup.
Il y a beaucoup de personnes que je n’ai pas eu la chance de rencontrer : le Rabbin Marc Neiger et les amis de la synagogue libérale Beth Hillel, le professeur Unger, le Dr Benatar, Henri de Neve et tant d’autres.

Chers amis, je vous remercie d’être présents aujourd’hui et d’avoir donné tant d’amitié à Lucien.
C’est seul, à l’isolement, à cause du virus, que cet homme courageux à livré sa dernière bataille.Tonton, tu ne t’es jamais remis du départ de Geneviève. Vous voilà maintenant réunis. Le malheur de t’avoir perdu, n’effacera pas le bonheur de t’avoir connu.
Tu resteras pour toujours dans nos mémoires.

Le 12 novembre 2020, à Gan Hashalom


Hommage de Claudie

Lucien,

Il n’est de mot tant ce fût rapide ! Nous nous sommes parlés le 21 octobre… tu allais bien
le 22 tu partages de bons moments avec tes précieux amis

N’ayant plus de tes news, ne décrochant, je m’inquiète…
tél à Adèle pour savoir si elle avait de tes news car tu lui téléphonais souvent pour avoir des siennes….tu ne t’imagines quand elle me disait que tu lui avais tél, comme elle répétait exactement tes paroles avec l’intonation parfaitement toi…on t’entendait !.... Tu lui as dit que tu étais hospitalisé… je t’appelle aussitôt me disant que tu étais à st Jean…là ou avait été Geneviève… et tu es arrivé à décrocher pour me dire que tu étais sous respirateur (j’entendais ta grande difficulté de parler) et tu me demandais de ne pas tél car ne pouvais répondre et me disais te sentir vraiment pas bien.
L’infirmier me faisait comprendre… et 3 jours après tu as rejoint Ta Geneviève et les tiens !

En ce jour du 7 novembre de l’an 2020, Lucien Luck a été pris dans le piège de cet innommable virus… Il a rejoint Geneviève son amoureuse…
Merci d’être qui tu as été…et de plus tu écrivais il y a un mois comme une lettre d’au revoir…les larmes aux yeux.
Et aussi je relis un de tes superbes écrit en hommage à Henri Lindner.
Tu avais une belle plume, tel toi le bel oiseau de vie !
Tu étais un pilier du Café Klatsch, inventé par Rabbi Dahan qui t’appelait LuLu… Ta manière d’écrire et d’interpréter des textes,des idées était toujours empreinte d’une grande profondeur..et on entend l’intonation de ta voix… comme maintenant je t’entends parler et toujours ton sourire…
Qu’est ce que tu aimais le stroudel , le gâteau au fromage…je

te vois toujours assis à la même place..
Tous là du Café Klatsch entr’autre te saluent dont intensément Adèle.
Le Yiddish était ta musique de vie.
Merci Lucien…. Je n’ai pu te le dire de visu .. pour ce superbe texte que tu m’as écrit… il fait frémir.
Tu as un rare sens de l’amitié précieuse.
AUREVOIR LUCIEN
Tu es ici en bonne compagnie et je vous entends tous là échanger et chanter…dès que nous serons partis

Claudie