Accueil

"Agir en juif, c'est chaque fois un nouveau départ sur une ancienne route" Abraham Heschel

Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel

Annonces

“Si vous ne venez pas à la synagogue, la synagogue viendra à vous”, allocution de Benjamin Dobruszkes, Tichri 5781

November 30, 2020 5

H̲averim, H̲averot,

Dire que l’année 5780 fut une année exceptionnelle donnerait à ma prise de parole un air de déjà entendu. Sauf si j’avais voulu rappeler la venue régulière de l’étudiant rabbin Etienne Kerber. Etienne a su apporter tout au long de l’année une touche de fraîcheur dans les offices et a organisé des activités nouvelles, pour les jeunes adultes le vendredi soir et pour les curieux de la mystique juive le dimanche après-midi. Et la participation prochaine de l’étudiante rabbin Iris Ferreira devrait être toute aussi enthousiasmante.

Mais vous vous en doutez, l’année 5780 fut exceptionnelle pour d’autres raisons aussi.

Dire qu’il aura fallu une pandémie pour oublier les événements du 23 février 2020, là, j’espère titiller votre curiosité. Oui mes amis, souvenez-vous !

Quelques semaines avant que nous soyons confinés, se déroulait dans les rues d’Alost un carnaval réputé pour braver toute forme de moralité. En 2019 déjà, un char aux relents antisémites y avait circulé. Rappelez-vous de ces caricatures de juifs orthodoxes au nez crochu, assis sur des sacs d'or. Ce char n’avait pas ému grand monde au-delà de la communauté juive. En 2020, malgré les efforts du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique, les organisateurs de ce carnaval, couverts par un bourgmestre NV-A, n’avaient rien trouvé de mieux que de remettre le couvert, en pire, avec des caricatures mi-juifs, mi-fourmis, rappelant les pires heures de notre histoire. Là, les politiques du monde entier avaient réagi avec émoi, forçant les politiciens de notre pays à sortir de leur réserve. Maigre leçon de courage politique.

Pour l’édition 2021, notre inquiétude était grande. A ce jour, il semble bien que le covid-19 nous apporte un peu de répit, le carnaval d’Alost 2021 étant reporté à plus tard. Avec le CCOJB, nous continuerons à sensibiliser les autorités politiques de ce pays, pour que de tels dérapages cessent enfin. En tant que représentant de Beth Hillel au CCOJB, j’aurai l’occasion d’y contribuer. Et si certains d’entre-vous souhaitent s’y impliquer, revenez volontiers vers moi.

H̲averim, H̲averot,

Puisqu’il n’est toujours pas l’heure de manger, quelques mots sur ce fichu coronavirus.

Avec Rabbi Marc Neiger, il nous arrive souvent de discuter des évolutions du judaïsme, surtout dans le monde anglo-saxon, et d’interroger ensuite nos propres pratiques synagogales. Par ces échanges, nous savions que nous étions tous deux ouverts à l’idée d’admettre internet dans la synagogue, un jour, si une bonne raison pouvait nous en convaincre.

“Si vous ne venez pas à la synagogue, la synagogue viendra à vous” - Pirkei Avot 2.0.

Nous n’avions pas imaginé que nous nous retrouverions toutes et tous confinés, magasins, bureaux et lieux de culte fermés pour une durée indéterminée.

La lecture moderne que nous faisons des textes sacrés nous a permis de nous adapter à la situation, pour vous proposer les premiers offices online dans l’histoire de Beth Hillel. Je remercie chaleureusement rabbi Marc pour les nombreuses heures passées ensemble à chercher des solutions pour maintenir une activité spirituelle et conserver du lien social durant une telle période.

Ainsi, à la mi-mars, nous avons commencé par marquer ensemble l’entrée dans le shabbat. Puis nous avons poursuivi avec des offices de chahahit, où l’on se retrouvait ici à deux, voire à trois avec Catherine, les fidèles nous rejoignant via Google Meet. Puis, nous avons célébré Pessah, qui ne ressemblait vraiment à aucun autre Pessah.

Dès le mois de juin, nous avons pu rouvrir partiellement les portes du bâtiment. Nous avons alors expérimenté les offices hybrides, avec quelques personnes en salle, les autres en ligne. A partir de ce moment-là, nous savions que chaque office, avec ses réussites et ses échecs, nous préparerait aux célébrations de Tichri. Nous sommes fiers de vous compter si nombreux ce soir.

Dans le conseil d’administration, qui inclut Yardenah et Rabbi, cela fait maintenant 6 mois que nous avons chamboulé nos priorités, pour travailler d'arrache-pied à nous réinventer pour assurer notre continuité. Telle est la force de notre judaïsme. Telle est aussi la force que vous nous donnez à chaque fois qu’un foyer renouvelle son adhésion, à chaque fois que vous venez rue des Primeurs, à chaque fois que vous vous connectez pour un office, une conférence, un cours en ligne.

Ces derniers temps, nous avons souvent récolté vos remerciements. Alors, au nom de l’ensemble du conseil d’administration, à mon tour de profiter de cette tribune pour vous remercier pour votre confiance et votre soutien. Merci aussi aux précieux bénévoles de Beth Hillel, qui rendent ces offices possibles.

Par votre soutien et votre implication, vous faites la différence.

Chanah tovah. Guemar h̲atimah tovah.

Benjamin Dobruszkes, Président

Roch haChanah 2020 / 5781