Accueil

"Agir en juif, c'est chaque fois un nouveau départ sur une ancienne route" Abraham Heschel

Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel

Chabbat

Horaires généraux des offices de chabbat:

Tous les vendredis: kabbalat chabbat à 19h00 sauf le 1er vendredi de chaque mois à 18h30

L'office de Kabbalat chabbat est un moment dédié à l'accueil du chabbat avant de retourner à la maison pour célébrer et porofiter du chabbat en famille ou avec des amis. Dans notre société trépidante, l'office de Kabbalat Chabbat est un moment qui permet de clore la semaine d'activité pour se resourcer et apporter une dimensions spirituelle dans nos vie. A Beth Hillel, l'office de Kabbalat Chabbat est suivi d'un cours kiddouch pour profiter des amis que nous retrouvons à la synagogue.

Ledor vador : Chaque premier vendredi du mois, LeDor VaDor est un office convivial et familial en musique, avec un siddour adapté aux enfants. Cet office particulièrement apprécié dans la communauté a un format un peu spécial: il commence plus tôt et n'est pas suivis d'un Kiddouch à la synagogue, afin de permettre (et d'encourager) les participants à faire le kiddouch à la maison, en famille et/ou entre amis. en savoir plus


Tous les samedis: Chaharit Chabbat à 10h30, sauf le 3ème samedi du mois à 10h00

L'office de de Chaharit Chabbat est à la fois un moment d'élévation spirituelle et d'étude. Au dela du rituel, la lecture et surtout l'étude de la Torah, sont le coeur de l'office de samedi matin. A Beth Hillel, la lecture de la Torah est suivie d'un Devar Torah, un "exposé" sur la Torah, par le Rabbi Marc Neiger. Le plus souvent, ce Devar Torah est interactif et la communauté est invitée discuter du sens de la Parachah dans nos vies d'aujourd'hui.

Office court et Kené Lekha Haver : chaque 3ème samedi du mois, l'office est écourté, puis pour ceux qui souhaitent étudier, il est suivis par le Cercle d'Etude Kenéh Lekha Haver.
-10h00: Office de chaharit chabbat écourté
-11h00: Etude de la parachah de la semaine: Kenéh Lekha Haver

Kenéh Lekha Haver

Le chabbat reste un commandement fondamental, car il est le cœur de toute la vie religieuse. Notre but est de redonner au chabbat sa véritable lumière: jour de répit, de respiration humaine, de distance par rapport à l’activité habituelle, jour de joie (Oneg Chabbat), jour témoin du Créateur en tant que libérateur et jour de libération du travail.

Notre pratique du chabbat s'efforce à ce qu’il soit l’expression de toutes ces dimensions. Il est des choses qui restent à la portée de chacun, et dont l’observance donne au chabbat son âme essentielle: le retrait du rythme quotidien, du cycle des activités commerciales et des taches ménagères, c'est-àdire d'éviter le travail en général et de laisser le monde en repos.
Aujourd’hui, vivre le chabbat passe, plus encore qu’auparavant, par la synagogue. Etre avec la communauté par la prière, par l’étude, rejoint un aspect important de l’Oneg Chabbat, le plaisir du chabbat.
Le chabbat, comme toutes les fêtes, commence la veille au soir. Nous n’insistons pas sur l’aspect technique de l’heure exacte du coucher du soleil. L’essentiel est que, vendredi soir, le chabbat soit accueilli. La maison doit être belle, le repas prêt, la table mise. Le chabbat doit être un jour qui réunit la famille, et celle-ci chante le kiddouch et le motzi.
Il faut, avec ses mains et son cœur, faire en sorte que se retrouvent dans nos maisons, le goût, le parfum et la paix du chabbat.

 

L’esprit de Dieu

« Souviens-toi du Chabbat pour le sanctifier ». Par la bénédiction que l’on dit avec une coupe de vin (Mekhilta).

Comment sanctifier le Chabbat ? Par l’étude de la Torah, de bons repas, de beaux vêtements et le repos (Mekhilta).

Rabbi Elazar dit: l’homme doit toujours dresser la table pour le Chabbat, même s’il ne peut manger que la quantité d’une olive (bChabbat 119B).

Tu l’honoreras (Isaïe 58-13) Que tout ce qui concerne le Chabbat diffère des choses de la semaine, même ta façon de marcher (bChabbat 113B).

Quand la mère de Rabbi Shimon Ben Yohaï tenait des propos banals le Chabbat, il lui disait: c’est Chabbat aujourd’hui, et elle se taisait (Vayikra Rabbah 34).

César dit un jour à Rabbi Yehochoua Ben Hanania:
- Pourquoi vos plats du samedi sentent-ils si bon ?
Il répondit:
- C’est une épice que nous avons, elle s’appelle Chabbat et son odeur est remarquable.
- J’en voudrais bien un peu, dit César.
- Cette épice-là, répondit Rabbi Yehochoua, n’a d’effet que chez ceux qui observent le Chabbat. Chez les autres, elle n’a aucun goût. (bChabbat 119)

Retour