Accueil

"Agir en juif, c'est chaque fois un nouveau départ sur une ancienne route" Abraham Heschel

Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel

Commentaire

Gilbert Lederman vous dit "Merci!"

January 1, 2018 5

Remerciement de Gilbert Lederman lors du repas chabbatique du 8 décembre 2017.

"Chabbat Chalom.
La présence de chacun d’entre vous me touche beaucoup. Merci.

« Nous ne sommes faits que de ceux que nous aimons et de rien d'autre ».

Le siècle où naquit l’auteur de cette citation, Goethe, est celui des Lumières, la période où en Allemagne apparu le mouvement juif réformé dont fait partie Beth Hillel. Chacun a le choix d’emprunter un chemin de liberté. Le but ultime de ce voyage serait de développer l’amour de l’autre et de comprendre que c’est peut-être dans l’intervalle de cette relation, que s’éclairerait le récit humain, le rayon divin ou le sens de nos vies. Plus que la mélancolie d’une tradition figée, le judaïsme porte en soi la nostalgie du futur. Avec sa volonté irrésistible de modifier le statu quo, le judaïsme n’est-il pas transformatif ? Car tout nous conduit à aller de l’avant. Car tout nous conduit à devoir vivre aujourd’hui, en rêvant de demain. « A quoi sert demain ? Si demain n’est pas meilleur qu’aujourd’hui » nous rappelle Rabbi Na’hman de Breslev.

Merci au rabbin Marc Neiger, au rabbin Albert Dahan, au staff, au Conseil d’Administration de m’avoir permis de m’épanouir à la tête de Beth Hillel pendant une décennie. Mais bon Dieu, pourquoi nous rendons-nous à la synagogue ? Sa fonction est triple. C’est celle d’être un espace d’étude (Bet Midrach), un lieu de prières (Bet Tefila) et un centre communautaire (Bet Knesset), soit une maison d’accueil que l’on rêve voire inspirée par ce maître qu’était Hillel. Que ce soit à la dimension de la convivialité, "Beth", ou celle de la sagesse, "Hillel", nous tentons depuis plus de 50 ans d’être à la hauteur de la promesse que porte le nom de notre synagogue, Beth Hillel. En plus, une synagogue située à la rue des Primeurs se doit d’être revigorante.

Chacun de nous est ici marqué par une histoire, par une expérience, par un souvenir. Je me souviens lorsque Veronika me rapporta les propos de rabbi Dahan, lors de son premier rendez-vous. Où est votre compagnon ? lui demanda Albert. Et me questionnai-je alors : Pourquoi dois-je me rendre à la synagogue, je suis déjà juif… Résultat des comptes : 27 ans de mariage, et répondant à votre invitation au oneg chabbat de ce soir. Et puis, je me souviens de l’enregistrement du CD de prières et de chants de Kabbalat Chabbat avec Rabbi Abraham Dahan et David Baltuch. Nathan dormait dans un maxi cosy, pendant que Veronika entonnait la bra’ha de l’allumage des bougies. Et puis, je me rappelle de Beth Hillel transformé en salle de concert, où le groupe arabo-andalou de Mousta Largo accompagna Rabbi Dahan. Il y avait une file d’attente de plusieurs centaines de personnes sur le trottoir. Ce succès coûta à ce que l’investigateur de cette soirée (votre serviteur) fut réquisitionné illico par le président de l’époque. Philippe Lewkowicz m’indiqua qu’un comité de sages, dont Manu Wolf z’’l, Paul-Gérard Ebstein z’’l, Elie Vulfs, Willy Pomeranc et Ephraïm Fishgrund, m’avaient désigné comme nouveau président. Concluant sa proposition, Philippe ajouta : « A mon retour des sanitaires, je veux t’entendre dire ‘oui’ ». Et puis, je me souviens de l’arrivée de Rabbi Marc Neiger, qui a mis Beth Hillel sur la carte du monde des communautés libérales. Je me rappelle que le comité se rendit à la cérémonie de son ordination à Londres. Après son jubilé, et le succès des Rencontres du Judaïsme Libéral Francophone qui se sont déroulées pendant le weekend des attentats de Paris, je sentais légitime et bénéfique qu’un jeune dirigeant reprenne la tête du comité. C’est donc dans les mêmes circonstances, que lors d’une réunion chez Ephraïm, Benjamin comprit qu’il était désigné à me succéder… Pour mon successeur, voici un conseil de lecture. Lorsque j’entama mon mandat, je me suis mis à relire Harry Kemelman, et sa série « Le Rabbin David Small ». Le pitch : le rabbin-détective David Small a du talent pour éclaircir une énigme policière. Ses méthodes d'investigation sont directement inspirées du talmud. Quelques titres : Vendredi, on soupçonne le rabbin ; Samedi, le rabbin se met à table ; Lundi, le rabbin s'est envolé pour Israël et Un beau jour, le rabbin a acheté une croix. Par ailleurs, je me sens porté par ma nouvelle mission internationale. Les bureaux exécutifs, européen et mondial, de notre mouvement ont souhaité ma présence auprès d’eux.

En cet instant, j’aimerai partager une pensée fraternelle, à ceux qui ne sont plus là, et qui en leur temps, ont œuvré pour notre communauté. L’air que nous respirons est encore rempli de leur souffle, tandis que leur vision continue de nous inspirer.

Avec Benjamin Dobruszkes comme nouveau président, avec l’arrivée de nos amis anglophones de l’IJC, avec la venue de nouveaux administrateurs et bénévoles, s’ouvre une ère nouvelle à Beth Hillel. Notre communauté est porteuse d’avenir. Que la flamme de Beth Hillel brûle encore longtemps dans nos cœurs. « Les bateaux sont à l’abri dans les ports, mais ils ne sont pas faits pour y rester. » nous dit notre tradition.

Je remercie du fond de mon cœur et de mon âme, mon épouse Veronika, par qui la chance m’a été donnée de reprendre le chemin d’une synagogue. Merci à mes enfants Nathan et Sarah, mes beaux enfants Fien et Idan, mon frère Serge et ma belle-sœur Véronique.

Et enfin, je veux dire combien, j’aime mes parents qui, à la sortie de la shoah, jeune couple d’enfants orphelins, ont éduqué leurs 3 garçons dans l’amour et qui sont un exemple pour leurs petits-enfants.

« Nous ne sommes faits que de ceux que nous aimons et de rien d'autre ».

Merci. Chabbat chalom."
Gilbert Lederman


Gilbert est né à Anvers et a 58 ans. Avec Veronika, ils se marient à Beth Hillel en 1990 (ils fêtent donc leurs 27 ans de mariage cette année), et donnent naissance à Nathan et Sarah.
Issu d'un milieu traditionaliste, marqué par la Shoah, mais ayant perdu ses repères religieux et spirituels, il (re)trouve son judaïsme avec rabbi Dahan et développe durant ses années à Beth Hillel la conscience de la nécessité d'agir pour défendre et développer le judaïsme libéral, dont il adopte les valeurs et les principes.
Il entre au Conseil d'Administration de Beth Hillel et y vit les hauts et les bas de la communauté depuis le premier rang (changements de rabbin(e)s, nouveau bâtiment de la rue des Primeurs, évolution de la vie communautaire et de ses familles membres...), et a fortiori depuis qu'il est élu président de la communauté en 2008.
Après les combats des pionniers-bâtisseurs pour faire exister et reconnaître le judaïsme libéral en Belgique (devrions-nous dire... à "Bruxelles"?), il amplifie l'identité de Beth Hillel en accueillant en 2015, l'année de notre jubilé, les Rencontres du Judaïsme Libéral Francophone, ce qui renforce nos liens avec nos communautés soeurs de langue française à-travers l'Europe.
Aujourd'hui, il poursuit sa mission au niveau mondial, en tant que "Regional Representative Europe" dans les bureaux exécutifs de la World Union for Progressive Judaism et en tant que "Board member" de l’European Union for Progressive Judaism. Beth Hillel fait partie d’une grande famille, celle de la WUPJ, l’association faîtière du judaïsme progressiste, réformé et libéral.
Gilbert aime à rappeler que cette institution religieuse est la tendance juive contemporaine la plus nombreuse dans le monde. La WUPJ rassemble plus de 1.200 congrégations, 1.800.000 membres, dans 50 pays, sur 6 continents. Sa composante européenne, l'EUPJ, est composée de 170 communautés dans 17 pays.
Il ajoute : « La mission de la WUPJ et de l’EUPJ est de favoriser la croissance d'un judaïsme réformé. Avec la combinaison d'un respect pour la tradition et d'une ouverture à la modernité, ce judaïsme des lumières fournit un cadre idéal pour la continuité juive au 21ème siècle. »

Après avoir célébré ses 50 ans en 2015, la présence de Beth Hillel au sein d’organisations internationales représente une reconnaissance de notre travail au sein du yichouv belge.
Merci Gilbert, ... et merci Veronika, pour ton soutien au rêve de Gilbert, qui nous a tous fait grandir ! Que son énergie, toujours souriante, et son humanité nous servent de phare pour les 50 années à venir!

  
Photo gauche: G. Lederman | rabbi A. Dahan | rabbi M. Neiger
Photo droite : S. Brummel (Président IJC) | M. Kramer (Présidente EUPJ) | G. Lederman (Président Beth Hillel 2008 / 2018)