Accueil

"Agir en juif, c'est chaque fois un nouveau départ sur une ancienne route" Abraham Heschel

Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel Beth Hillel

Dans La Presse

Stephan Goldrajch | Le Chantier Poétique | Exposition au Musée Juif de Belgique 09 mai au 16 septembre 2018

May 9, 2018 12

Stephan Goldrajch  |  Le Chantier Poétique  |  Exposition au Musée Juif de Belgique
09 mai au 16 septembre 2018

Finalisation d’un projet artistique d’une durée de trois années qui reprend 8 récits de la Bible (Adam & Eve, Noé, Sodom et Gomorrhe ….). Ce projet sera exposé au Musée Juif de Belgique du 10 mai 2018 au 16 septembre 2018, et accompagné par la parution d'un livre aux éditions CFC.
Commissaire : Zahava Seewald, Conservatrice au Musée Juif de Belgique
« Je me sens dans la peau d’un brodeur et d’un artisan dont la démarche et l’ambition sont celles de créer du lien, de générer des relations. Je me sens l’héritier d’arts, de pratiques populaires et ancestrales que je métamorphose, réinterprète et m’approprie de manière contemporaine ».
Cette exposition est consacrée aux costumes, dessins, photos et vidéos créés par StephanGoldrajch (B) dans le cadre du Chantier Poétique initié au Musée Juif de Belgique à partir de 2015.
Erudit et passionné des histoires de la Bible, l’artiste s’est lancé durant trois ans dans une interprétation de scènes de destruction issues de ces textes sacrés au sein du Musée Juif de Belgique.
Avant la démolition du bâtiment qui abritait l’exposition permanente du musée, et sa reconstruction, c’est dans des espaces qui se vidaient progressivement au fur et à mesure du déménagement, que ses mises en scènes d’Adam et Eve, Noé, Sodome et Gomorrhe, Samson et Dalila, le Veau d’or, Babel, Elie et Elisée, David et Goliath ont été représentées dans une série photographique, dans des vidéos et dans des dessins qui sont exposés au Musée Juif de Belgique de mai à septembre 2018.  
Pour ce projet qui fait entrer en résonance des histoires fondatrices de la Bible et la transformation du Musée, Stephan s’est associé à la photographe Myriam Rispens.
Voici ce que l’artiste en dit : «  En 2015, suite à une réflexion sur la fermeture du Musée dans le cadre d’une transformation, je propose un projet qu’on intitule le Chantier Poétique. Le musée entamait une longue procédure de destruction et reconstruction du bâtiment en front de rue. J’ai eu le sentiment de pouvoir accompagner l’équipe par le biais artistique en donnant vie en tant qu’artiste plasticien juif à des récits bibliques en les inscrivant dans l’espace muséal vidé de
ses bureaux et de ses collections. Mon désir était de redonner forme à des récits ancestraux qui ont alimenté ma jeunesse et ma créativité, de façon artistique et pluridisciplinaire.
Ce Chantier Poétique m’a permis de faire le lien avec mon travail d’enseignant « transmetteur » d’histoires. En deux ans de collaboration avec le Musée et son équipe, j’ai eu l’occasion de créer, accompagné de la photographe Myriam Rispens et de la commissaire Zahava Seewald, une version personnelle de sept récits de la Bible dans ces lieux ».

Le monde textile de Stephan Goldrajch
Très rapidement et -avant que cela soit devenu une mode- l’art iste Stephan Goldrajch s’est choisi un mode d’expression singulier, celui de la performance textile dont les interactions sociales sont essentielles. Les masques en crochets qu’il réalise et utilise ont déjà bien voyagé au départ de Bruxelles. En lançant des Broderies participatives sur des places publiques avec les habitants, les passants, des réfugiés ou même des curés, Stephan permet des connexions inattendues entre tous ces participants en un moment suspendu. Le mode d’emploi est simple : il suffit de suivre les lignes tracées sur le tissu avec du fil rouge. Cela demande du temps, mais un temps hors du temps, lors duquel la parole suit le rythme de l’aiguille, se partage comme un murmure, une confidence, un rire aussi.

Au Wiels (Bruxelles), Stephan a créé en 2012 « La Légende du Canal », un récit imaginé avec les habitants des deux rives du canal qui divise la ville. Après plusieurs mois de travail, une exposition de cent grands drapeaux placés à la jonction du quartier branché de Dansaert et de la commune de Molenbeek affirmait la possibilité d’un pont entre deux réalités socioculturelles bien différentes.
Récemment, c’est à Namur qu’il a initié un autre projet participatif en imaginant « L’éléphant de Bomel », une légende dont le titre est inspiré des anciens abattoirs de Bomel où s’est installé le Centre culturel de Namur. Là aussi, il s’agissait de créer des liens entre les habitants et les organisations de terrain à travers une série de performances associant la vidéo, la photo, la peinture et le dessin.
Pour les « Voodoos », son exposition présentée à la Galerie Albert Baronian (Bruxelles 2018), l’artiste propose une série de masques et de créatures qui, avec une pointe d’humour, semblent surgir d’un monde fantastique peuplé de rêves et animé de rituels magiques.
Le parcours de Stephan Goldrajch est dense et diversifié. Il comprend aussi une activité pédagogique que l’artiste exerce à « Out of the Box », un atelier de pédagogie créative implanté à Bruxelles et destiné aux jeunes en décrochage scolaire. Il embarque les adolescents dans des aventures urbaines provoquant un autre regard sur les choses, un décalage, une réalité nouvelle.
Les œuvres de Stephan Goldrajch ont été exposées dans de nombreux endroits et il a collaboré avec plusieurs institutions belges et étrangères, dont le Wiels (Bruxelles), Invisible Dog (New York), le Musée d’Arts de Haïfa (Israël), la Maison des Arts de Saint-Herblain (France), le Musée d’Ixelles (Bruxelles), Tanzmesse (Düsseldorf), le Centre d’Art contemporain Iselp (Bruxelles), les Halles St-Géry (Bruxelles), Dollinger et Hezi Cohen à Tel Aviv, David Castillo (Bruxelles, Tel Aviv et Miami), la Galerie Albert Baronian (Bruxelles).

Le monde de Myriam Rispens
Ensorienne dans l’âme, Myriam Rispens photographie depuis des années des mondes étranges, vides, à moins qu’ils ne soient peuplés de créatures improbables ou préservent des coutumes en voie de disparition. Elle a présenté ses séries
« Fêtes », « les Clémentines », « Les bouts du monde », « Le chemin » et « Les confins du monde » notamment aux galeries Ouvertures, Nadar, à la Maison Folie Hospice d’Havre, la Médiatine, Centrum voor Beeldexpressie et au Centro Cultural de la Memoria Haraldo Conti. Son chemin a croisé l’univers de Stephan Goldrajch en 2012. Depuis lors ils multiplient les collaborations. C’est notamment le cas pour les projets « Bouc Emissaire » ainsi que la « Broderie participative » et
« l’Eléphant de Bomel ». Cette complicité découle de leur commune curiosité pour tout ce qui touche à l’universel et les amène à travailler sur des thèmes qui, dépassant les frontières d’une culture spécifique, éveille les échos au sein de diverses civilisations. Leurs univers s’imbriquent de façon très naturelle et les regards qu’ils portent sur leur travaux respectifs se croisent, Stephan apportant l’œil du plasticien, Myriam celui de la photographe. Tous deux affectionnent le concept de « tout est possible » en cultivant l’esprit de partage, de respect, le recul, le demi-mot et l’humour.

     

FORMATION
2008-2009 : Ecole Supérieure des Arts Visuels La Cambre, Brussels (BE)
2007-2008 : Master, Bezalel Academy of Arts and Design, Jérusalem (IL)
2004-2007 : Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels La Cambre, Brussels (BE)
2000-2004 : Académie Royale des Beaux-Arts, Brussels (BE)

SELECTED SOLO AND GROUP EXHIBITIONS
2018
Voodoo, Galerie Albert Baronian, Brussels (BE)
Le Bouc émissaire, CFC
Le Chantier poétique, Musée Juif de Belgique, Brussels (BE)
L’Elephant de Bomel, Musée Africain de Namur (BE)
2017
Le Bouc Émissaire/The Scapegoat, Maison des Arts Saint Herblain (FR)
2016
Le Bouc Émissaire/The Scapegoat, L’Iselp, centre d’art contemporain, Brussels
(BE)
Les tissus de nos démons, Tamat (CH)
2015
Signal, Promenade à l’aveugle, Brussels (BE)
Les Brodeurs, the Embroiderers Middlemarch, Brussels (BE)
Being Urban, L’Iselp, centre d’art contemporain, Brussels (BE)
2014
Le roi Saul Performance, Tanzmesse, Düsseldorf (DE)
Abraham Performance, Marsan 2, Tel Aviv (IL)
David and Goliath Performance, Invisible Dog, New York (US)
2013
La Légende du Canal/The Canal Legend, WIELS, centre d’art contemporain,
Brussels (BE)
2012
Pop-Up, Liens artistiques, Musée d’Ixelles, Brussels (BE)
Cercle du Ratskeller, Luxembourg (LU)
2011
Otras hipotesis, Terrassa Arts Visuals (ES)
2010
The best way to forget myself is not to think about me, Galerie Dollinger, Tel-Aviv (IL)
Il y a quelqu’un dans ma tête, Galerie Albert Baronian, Brussels, (BE)
2009
The time for the dead, Galerie Vladimiro Izzo, Berlin (DE)
2008
Galerie Uganda, Biennale de Jérusalem (IL)
Boys Craft, Musée de Haïfa (IL)
2007
Les Masques, Galerie Nogatsch Fine Art, Strasbourg (FR)